De nouveaux équilibres entre ventes en bloc et au détail ; l'émergence de nouveaux segments

Équipe ADEQUATION

Publié le 27/01/2021

Partager

 

Pour les opérateurs privés, quand on additionne activité de détail et de bloc, les trois années 2017, 2018 et 2019 ont été optimales, autour de 190 000 ventes par an.

Pourtant, les ventes en bloc aux organismes HLM, qui représentaient 53 % des logements sociaux (LLS) mis en chantier en 2018, stagnent depuis, avec la fin de l’ANRU 1 et les baisses des revenus locatifs des bailleurs consécutives à la RLS (réduction de loyer de solidarité) imposée jusqu’en 2021 par la loi Elan.

Par contre, les ventes en bloc de logements intermédiaires (LLI), autorisées par la loi Alur en 2014, n’ont cessé de progresser pour atteindre plus de 12 000 logements en 2019.

Les chiffres de l’année 2020 sont exceptionnels

• Une chute d’un tiers des réservations dans les opérations destinées à la vente au détail,  entraînant une chute corrélative des cessions en bloc de LLS, réalisées pour majeure partie en mixité dans ces programmes.

• Une compensation partielle par les plans exceptionnels d’acquisitions lancés en avril 2020 : principalement 40 000 logements par la CDC Habitat et 10 000 par In’Li Île-de-France.

• Ces plans exceptionnels ont confirmé la progression des volumes en locatif intermédiaire et ont été particulièrement intenses sur un nouveau segment du locatif libre : l’abordable contractualisé (LAC). Ils ont été complétés par un accroissement des acquisitions de certains grands institutionnels.

• Les plans exceptionnels annoncés en 2020 n’ont pas été réalisés (actés ou sous compromis) en totalité sur l’année. Un solde a donc été différé en 2021, et améliorera donc le potentiel de ventes de l’année qui vient.

• Enfin, les ventes en résidences services ont augmenté, portées par le regain d’intérêt de l’investissement institutionnel pour ce segment particulier.

En conclusion, les ventes totales des opérateurs privés sur le segment du résidentiel auraient baissé en 2020, de l’ordre de 30 000 logements (- 15 %).

En 2021, la reprise partielle de l’activité de vente au détail et des VEFA en LLS, et le retour « à la normale » des autres marchés du bloc laissent envisager un volume global stable par rapport à 2020, autour de 160 000 logements.

Total des ventes de logements neufs réparti par type d'acquéreur

Ventes de logements neufs réparti par type d'acquéreur


© Victor Garcia - Unsplash

Chantereaulun, 02/01/2021 - 18:44

Je vous trouve bien optimiste car:
1/ Il y a une très grande difficulté à obtenir les PC et en plus beaucoup de commune font désormais l'objet d'un constat de carence ce qui bloquera de nombreux projets dans le meilleur des cas.
2/ Compte tenu de la situation économique dégradée je vois mal le total investisseurs et accédants être supérieur en 2021 par rapport à 2020, d'autant que les conditions de crédit se sont durcies.

Réagissez